Vous êtes ici : Conseils sur les piscines > Piscine > Pompe à chaleur de piscine : 5 conseils pour bien la choisir

Pompe à chaleur de piscine : 5 conseils pour bien la choisir

Pompe à chaleur de piscine : 5 conseils pour bien la choisir

La pompe à chaleur, ou PAC, est le dispositif de chauffage le plus en vogue pour réchauffer l’eau de sa piscine de manière écologique et avec efficacité. En effet, la PAC demeure le système le plus performant de nos jours, une aubaine pour chauffer son bassin et profiter des joies de la baignade plus longtemps sans en payer l’impact sur ses factures d’électricité ! Néanmoins, l’achat d’une pompe à chaleur de piscine ne doit pas être entrepris à la légère. Voici nos 5 conseils pour bien la choisir.

Quels sont les différents modèles de pompe à chaleur de piscine ?

Il existe plusieurs méthodes pour chauffer l’eau d’une piscine, mais la pompe à chaleur demeure le dispositif le plus plébiscité de nos jours. En effet, la pompe à chaleur – ou PAC pour les intimes – est un bon moyen de chauffer son eau de baignade de manière écologique, avec une très haute performance (4 à 5 fois plus efficace que les autres systèmes de chauffage) et une nette réduction de ses factures énergétiques (puisque ce dispositif ne nécessite que 1/5e d’électricité). Si les modèles sont pléthores, toutes les pompes à chaleur sont composées d’un détendeur, d’un compresseur, d’un condensateur et d’un évaporateur pour assurer leur bon fonctionnement.

Les deux catégories de pompes à chaleur

On distingue deux catégories de modèles de pompes à chaleur : la pompe à chaleur air/eau et la pompe à chaleur sol/eau.

  • La pompe à chaleur air/eau réchauffe l’eau de la piscine en captant les calories de l’air extérieur, en les transférant au fluide frigorigène qui se réchauffe en les démultipliant puis en les déversant enfin dans l’eau de baignade. Cette solution écologique est très appréciée, car elle est relativement facile à installer pour un prix raisonnable.
  • La pompe à chaleur sol/eau est une autre solution écologique puisque les calories qui réchauffent l’eau de baignade sont puisées dans le sol, par le principe de géothermie. Cette option est très performante, mais elle est moins installée, car elle nécessite des travaux plus importants et coûte bien plus cher.

Les différents modèles de PAC

La pompe à chaleur géothermique (sol/eau) prévoit une installation de conduits qui serpentent dans le sol. Un seul type de dispositif de mise en place est donc possible.

En revanche, il existe trois modèles de PAC air/eau pour chauffer l’eau de baignade.

  • La pompe à chaleur horizontale est la plus fréquente, avec son ventilateur placé en partie frontale. Si elle est performante, elle demeure la plus bruyante et la moins agréable puisque l’air froid évacué est nettement ressenti à sa proximité.
  • La pompe à chaleur verticale est nettement plus imposante, raison pour laquelle elle est moins installée. Toutefois, le fait que son ventilateur soit placé sur le dessus permet de réduire le bruit et l’effet glacé de l’air qui s’en échappe.
  • La pompe à chaleur réversible est une solution appréciée dans les régions les plus ensoleillées puisqu’elle peut également rafraichir l’eau du bassin lorsqu’elle est trop chaude. Ceci permet de rendre la baignade plus agréable, mais aussi de réduire la prolifération des bactéries et des algues, donc par la même occasion l’utilisation de produits traitants.

Comment bien choisir sa pompe à chaleur pour piscine ? Nos 5 conseils !

Vous souhaitez chauffer l’eau de votre piscine avec une pompe à chaleur. C’est une excellente décision, mais il ne faut pas pour autant vous précipiter dans votre achat. En effet, le choix d’une PAC ne doit pas être entrepris sur un coup de tête. Voici nos conseils pour bien choisir sa pompe à chaleur.

Conseil n°1 : on adapte la PAC au volume de la piscine

Cela peut sembler évident, mais ce premier critère est essentiel. Investir dans une pompe à chaleur bien dimensionnée au volume du bassin est impératif, sans quoi elle s’avérera inefficace, et ce, même si vous optez pour le modèle le plus performant et le plus coûteux. En effet, si la PAC est sous-dimensionnée, elle fonctionnera en permanence pour parvenir à chauffer une eau trop importante pour elle. En conséquence, elle s’usera bien plus vite et elle entrainera une surconsommation d’électricité pour un résultat de chauffe médiocre. À l’inverse, une PAC surdimensionnée fonctionnera en sous-régime et s’encrassera très rapidement.

Conseil n°2 : on choisit la bonne puissance

La puissance de la pompe à chaleur détermine le temps de la montée en température. Or, pour calculer ce temps, il faut également tenir compte de la durée d’ensoleillement. Quoi qu’il en soit, il est là aussi important de choisir un modèle bien adapté à vos besoins pour éviter un surdimensionnement ou un sous-dimensionnement du dispositif et un manque d’efficacité.

Une PAC d’une puissance de 16 kW est suffisante pour une piscine extérieure située dans une région ensoleillée et peu exposée aux vents ou pour un bassin sous abri dans n’importe quelle région. En revanche, comptez une puissance de 22 kW pour une piscine extérieure non abritée située dans une région froide.

Conseil n°3 : on tient compte du COP et du point de bivalence

Le COP (Coefficient de performance) est le rapport entre la puissance que consomme la pompe à chaleur et la puissance que cette dernière restitue. Il est donc important de se renseigner sur ce critère avant de faire son choix et d’en tenir compte pour son investissement. À noter que la plupart des professionnels indiquent le COP d’une PAC pour 15°C.

Le point de bivalence correspond à la température extérieure à partir de laquelle la pompe à chaleur ne capte plus de calories pour les modèles air/eau.

Conseil n°4 : on opte pour le dispositif le plus adapté

Si votre piscine est déjà en place, la pompe à chaleur air/eau est la plus simple à installer. En revanche, si vous concevez votre projet dans sa globalité, le modèle sol/eau présente beaucoup d’intérêts. Certes, il est plus coûteux, mais il est aussi très performant, écologique, esthétique puisqu’invisible et moins bruyant. À vous également de réfléchir à la possibilité de chauffer votre eau de baignade avec la pompe à chaleur qui réchauffe votre maison. En outre, selon la région dans laquelle vous résidez, vous apprécieriez probablement un modèle réversible, capable de rafraichir une eau trop chaude pour la baignade et de limiter par la même occasion le développement des algues et micro-organismes, donc le recours aux produits chimiques de traitement !

Conseil n°5 : attention au bruit !

On n’y pense pas toujours lors d’un achat, mais le bruit est très important à l’usage. En effet, imaginez-vous au bord de votre bassin ou en baignade avec à proximité une pompe à chaleur qui ronfle très fortement. L’effet détente est alors quelque peu réduit. Le niveau sonore est un élément de confort essentiel pour votre bien-être et pour une bonne entente avec votre voisinage. Pensez-y !

 
 

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Autres dossiers

  • Combien coûte une rénovation de piscine ? Combien coûte une rénovation de piscine ? Une piscine n’étant pas éternelle, elle finit par subir les effets du temps au bout de 10 à 15 ans. Passé ce délai, des rénovations s’imposent notamment au niveau des revêtements et des...
  • Quelle est la forme de piscine enterrée la moins chère ? Quelle est la forme de piscine enterrée la moins chère ? Soucieuses de l’esthétique et de la valorisation de leur propriété, de nombreuses familles optent pour la piscine enterrée. Si le marché autorise l’accès à des formes très variées, cet...